Humeurs

Adieu, maison de mon enfance.

10 février 2017

C’est avec un énorme pincement au cœur que j’écris cet article. Je repoussais sans cesse la date fatidique mais elle se rapproche à grands pas. Et il paraît qu’écrire permet aussi de se libérer de ce que l’on a sur le cœur. Aujourd’hui, j’ai donc envie de vous en parler, à vous qui me lisez et qui me suivez, que vous soyez ou non dans l’ombre. J’ai besoin de chercher du réconfort, de savoir que je ne suis pas la seule à vivre cette situation. La maison de mon enfance, celle où je suis née, où j’ai grandi va disparaître de ma vie.

Depuis quelques temps déjà, la retraite de mon papa approchant, mes parents ont décidé de changer d’air. Pour eux qui sont nés à la campagne, il n’a jamais été aisé de s’énamourer de la région parisienne. Et surtout de tous les aléas qu’elle comporte. Ils ont donc cherché un coin où ils se sentiraient bien pour la retraite, une nouvelle maison. Là-bas. Ailleurs. Loin de la région parisienne. Et, malheureusement, ils ont fini par trouver leur bonheur. Après plusieurs mois d’allers et retours entre ici et là-bas, ils ont fini par mettre en vente, en juillet 2016, la maison de mon enfance. Celle dans laquelle je suis née et où j’ai toujours vécu, jusqu’à mon déménagement.

Cette maison, c’est ma vie.

Depuis mon retour de la maternité jusqu’à mon déménagement dans mon chez-moi, cette maison a été l’endroit où j’ai vécu la plus grande partie de ma vie. J’y ai de très nombreux souvenirs, bons ou mauvais. C’est dans cette maison que j’ai fait mes premiers pas. Ici aussi que mes grands-parents sont venus me voir souvent. Là encore, j’y ai fêté mes 18 ans en famille. C’est également ici que j’ai vécu une histoire d’amour passionnée avec ma Pinette. C’est dans ce jardin que nous l’avons enterrée et qu’elle repose désormais. Cette maison c’est toute ma vie, tous mes souvenirs. Et la laisser à un inconnu c’est comme bousiller, gâcher ces souvenirs. Je ne pourrai plus jamais y retourner, plus me remémorer les moments passés de la même manière. Dans 3 semaines, cette maison va, elle-aussi, faire partie de mes souvenirs, comme tant d’autres. Je vais devoir lui dire adieu.

La peur de la solitude.

Mais je pense que ce qui est le plus effrayant c’est la solitude. J’ai toujours été assez proche de mon papa. J’ai toujours pu compter sur mes parents, même si nous n’étions pas toujours d’accord sur tout. Et là, je vais me retrouver « seule » dans une grande région, loin de ma famille, loin des seules personnes qui seront toujours là pour moi, quoi qu’il arrive. « Seule » n’est pas le mot exact (d’où l’utilisation des guillemets), car bien sûr, j’ai mes amis, mon chéri, mon travail, mes collègues. Mais ce n’est pas pareil. Ces personnes peuvent faire partie de ta vie un jour et complètement t’abandonner le lendemain. La famille, c’est autre chose…

Pourtant, je n’ai jamais vraiment eu peur de l’abandon. Depuis que j’ai repris ma vie en mains, je suis heureuse et j’ai eu la chance de ne pas avoir le moindre grain de sable dans l’engrenage. Pourtant, ce départ et cette séparation semblent s’annoncer comme assez douloureux, même si je refuse d’y croire.

Si vous avez déjà vécu ça, qu’avez-vous fait pour vous sentir mieux ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

4 commentaires

  • Reply Nolta 2 mai 2017 at 0 h 26 min

    L’attachement à une maison, ou même un appartement, je ne l’ai pas vécu avec mes parents, mais plutôt mes grands-parents paternels, chez qui j’allais souvent en vacances, avec ma soeur. Un jour, ils ont eu un accident de voiture, ce qui a déclenché tout un tas de problèmes chez ma grand-maman qui a fini par décéder. Seul, mon grand-père n’a plus pu ni voulu vivre dans cet appartement, l’appartement de notre enfance, la seule chose qui n’avait pas changée en presque 30 ans…
    Il a dû quitter son lieu de vie pour rejoindre un appartement « protégé » accessible à des médecins en tout temps pour prendre soin de lui, c’était important, vu sa santé…
    Mais cet appartement n’était pas le sien, lui-même avait perdu tous ces repères, pourtant, c’était un simple deux pièces…
    Et leur appartement s’est reloué à d’autres… Ils ont refait la cuisine, à ce qu’il paraît… Le vieil évier a été remplacé par un évier moderne et peut-être même qu’une machine à laver la vaisselle a été ajouté…
    J’en sais rien…

    Ce que je sais, c’est que ça me manque d’aller boire un café vers mon grand-papa…

    Niveau éloignement, je suis partie vers Paris aussi, ma famille étant en Suisse… Je ne suis pas partie longtemps, j’avais le mal du pays, j’avais soudainement peur, bêtement, qu’il arrive quoique ce soit à ma famille et que je sois trop loin pour les voir.
    Je n’ai jamais été une grande voyageuse, du moins pas plus que pour des vacances. Je suis bien chez moi, dans mon cocon…
    Vers mes proches… 🙂

    • Fl3ur de lun3
      Reply Fl3ur de lun3 10 mai 2017 at 16 h 21 min

      Comme je te comprends…ton histoire me touche et me fait prendre conscience qu’il est normal de ressentir ce genre de sentiments.

      Ta conception de la distance et de la peur de ne pas pouvoir être à côté s’il arrive quelque chose est également présente chez moi. C’est aussi (en partie) ce qui fait que ça a été dur. Et aujourd’hui, 2 mois après leur départ, je réalise que cette distance est gérable mais pas toujours agréable. Parfois, on aimerait pouvoir, comme tu disais, aller prendre un thé chez ses parents, discuter de choses et d’autres, se faire plaisir….malheureusement, la distance fait que ces petits riens deviennent « impossibles » tous les jours…

  • Reply Faustine hans 12 août 2017 at 10 h 31 min

    Quand mes parents ont voulu quitter l’appartement où nous vivions depuis les 6 mois ça a été très douloureux. Du coup je me suis mise à prendre des photos de l’appartement pour mieux le mémoriser et en cas de coup de blues les regarder et repenser aux souvenirs vécut.
    Et puis quand j’ai dû partir dans une autre région et quitter mes parents ils m’ont terriblement manqué il faut se l’avouer. Du coup j’ai pris l’habitude de les appeler une à deux fois par semaine pour tout et rien dire. Ça remplissait le vide qu’ils avaient laissé.
    Après ce n’est jamais facile surtout quand on est proche de ses parents et chaque fois que je les voyais je profitais à fond d’eux.
    Même maintenant que je suis revenue vivre en Normandie, je continue de voir ma maman une fois par semaine, on a notre rituel. Mon papa étant décédé en 2015.

    • Fl3ur de lun3
      Reply Fl3ur de lun3 13 août 2017 at 21 h 54 min

      Merci de ton message, ça me rassure de savoir que je ne suis pas la seule à avoir « mal vécu » leur déménagement. Comme toi, au début on s’appelait énormément (plusieurs fois par semaine) et on restait au téléphone près d’1h / 1h30 à chaque fois. Cet été, je les ai revus pour la première fois depuis 5 mois. Et du coup, j’ai vu leur nouvelle maison. Quelque part ça m’a soulagée et maintenant je me sens mieux. Mais tu as raison, prendre des photos, garder des souvenirs, maintenir le lien, c’est essentiel !

    Poster un commentaire

    Rendez-vous sur Hellocoton !