Défi gratitude 2018

Défi gratitude 2018 : Une rencontre #13

8 avril 2018
gratitude-cottoncandy

Coucou. Aujourd’hui, poussée par le soleil et inspirée par le printemps, j’ai décidé de reprendre la plume le clavier pour vous écrire cet article sur le défi gratitude. Il s’agit d’aborder le thème « une rencontre ». Bien que cela soit le billet qui aurait normalement dû être publié dimanche dernier, j’avais envie de le partager avec vous cette semaine.

La rencontre dont je vais vous parler aujourd’hui, je pense que vous vous en doutez. Ca va sûrement paraître gnan-gnan pour certains, mais je me suis toujours promise d’être honnête avec vous sur le blog, alors aujourd’hui, une fois de plus, je vais vous dire la vérité. Toute la vérité sur notre rencontre, avec l’amoureux.

Un premier regard, au détour d’un couloir

La première fois que je l’ai vu, je ne me doutais pas une seule seconde qu’il deviendrait l’homme de ma vie. A vrai dire, j’étais même très loin de m’en douter. Je venais depuis peu de me remettre avec mon ex. Nous sommes à la pré-rentrée, en 2013. Je viens d’avoir mon concours et je m’apprête à entamer ma première année en tant que professeure des écoles.

Je rentre dans l’école, au retour de la pause méridienne. Et je le vois, dans le couleur, en train de parler avec le directeur. Je passe devant eux et le directeur m’appelle pour me le présenter. Il sera mon nouveau collègue, celui qui n’avait pas encore été nommé sur la dernière classe, une classe particulière. Celle qui est spécialisée pour les enfants en situation de handicap cognitif. Celle que j’aurai l’année suivante (mais ça, je ne le savais pas encore !)…

Des premiers instants difficiles

Comme je l’expliquais plus haut, à cette époque, je venais de me remettre avec mon ex, depuis quelques semaines. Après qu’il m’ait quittée une première fois. Je n’étais pas au meilleur sur le plan personnel. La rentrée imminente et le fait de me retrouver face à des élèves, dans une classe, pour la première fois de ma vie, n’était pas non plus pour me rassurer. Après une rapide présentation, je me dirige vers la salle des maitres, afin d’aller préparer mes photocopies pour la rentrée. En sortant, ils n’étaient plus dans le couloir, et je dois dire que je me suis sentie soulagée. Je ne sais pas pourquoi, mais il m’intimidait. Sûrement parce qu’il semblait dans mes âges…

Je me dirige donc dans ma classe et commence à trier les photocopies faites, mais aussi à agrémenter les murs avec les différents affichages préparés méthodiquement depuis que j’ai obtenu mon affectation. Et puis, quelques minutes plus tard, le voilà, ce nouveau collègue, qui débarque dans ma classe.

Une première vraie discussion

Il a commencé à me poser des questions, entamer la discussion avec moi. Je ne me sentais pas vraiment à l’aise. Surtout qu’à l’époque, j’avais encore beaucoup de timidité en moi et de difficulté à sociabiliser avec les inconnus. Intérieurement, je me disais même « Mais il n’a rien à faire pour préparer sa rentrée ? » ou encore « Punaise, il ne veut pas me lâcher un peu là ? » (notez que vous avez droit à la version soft et sans grossièretés…mais sur le moment, ce n’était pas le cas).

Et puis, de fil en aiguille, de jour en jour, je me sentais plus à l’aise avec lui. Jusqu’à aller me confier à lui, quand, un mois plus tard, mon ex m’a de nouveau larguée (le vendredi précédant mon anniversaire, la classe !). Il a su m’écouter, être une oreille attentive et faire ressortir le meilleur chez moi. De simples collègues, nous sommes progressivement devenus amis l’année suivante. Il nous arrivait de nous voir en dehors de l’école, de faire des sorties ensemble, etc…

A la fin de cette deuxième année scolaire, j’ai du quitter mon école, car j’ai obtenu un poste à titre définitif, non loin. Malheureusement, le départ a été une véritable épreuve, très douloureuse. Heureusement que j’ai pu me confier à ma super-collègue, qui nous avait observés et se doutait que quelque chose se tramait entre nous.

Et après, quand j’ai quitté l’école ?

Nous sommes début juillet 2015. Les adieux sont déchirants, j’en souffre beaucoup. Après un restau, il me ramène sur le parking de l’école, on discute. Il me dit de ne pas m’en faire, qu’on se reverra. Mais je suis persuadée qu’il me dit ça pour me rassurer, simplement. Je rentre à la maison et je relis encore et encore le petit mot qu’il m’a écrit (à côtés des autres collègues) sur une petite carte. Ce soir-là, j’ai beaucoup pleuré et c’est la fatigue qui a fini par l’emporter. Quelques jours plus tard, il m’envoie un SMS pour me proposer d’aller sur Paris ensemble. J’ai honte, je n’y suis jamais allée seule et encore moins en RER. J’ai peur. Du coup, je décide de lui en parler. Je me sens tellement bien avec lui que je me dis qu’il ne me jugera pas. Et j’ai eu raison.

On se rejoint donc par chez lui, puis on va ensemble à Paris. On passe des moments vraiment chouettes. Comme un couple, finalement. On finit par se rapprocher, sans pour autant être en couple. On se revoit à plusieurs reprises, on s’envoie de plus en plus de SMS. Et puis, dès septembre 2015, il vient de plus en plus chez moi (j’ai déménagé entre temps). Il passe le vendredi soir, parfois le mercredi midi. On se rapproche encore plus. On est presque en couple, mais sans bisous. Cela dure jusqu’en mai 2016. Et un soir, finalement, il décide de rester dormir. C’est le début d’une grande et belle histoire d’amour.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

4 commentaires

  • Reply Ornella 8 avril 2018 at 19 h 15 min

    OOOh, c’est mignon tout plein !

  • Reply Un brin de culture 15 avril 2018 at 17 h 32 min

    Trop de mignontitude <3

  • Poster un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Rendez-vous sur Hellocoton !