Défi gratitude 2018

Défi gratitude 2018 : L’amitié #4

28 janvier 2018
gratitude-cottoncandy

Nous voici déjà arrivés à la quatrième semaine du « Défi gratitude 2018 », le temps passe tellement vite ! Cette fois-ci le thème est l’amitié. Quel vaste sujet, j’aurais tellement de choses à en dire que j’ai eu beaucoup de mal à structurer mon article afin de lui donner une cohérence. J’ai également longtemps réfléchi au contenu et à ce que je voulais véhiculer dans ce billet. Et ça y est, je pense enfin avoir trouvé comment organiser tout ça !

« Amour » rime avec « toujours », quelle rime pour « amitié » ?

J’ai toujours été une personne assez solitaire et je me suis, plus d’une fois, réfugiée dans la lecture, le blogging ou les jeux. Je n’ai jamais été du genre à prendre plaisir à me rendre à des soirées, lorsque j’étais lycéenne. Je préférais largement prendre du temps, seule, dans un bain moussant, avec un bon bouquin. Et finalement aujourd’hui, rien n’a vraiment changé.

Ce caractère, un peu en retrait, a également fait que j’ai toujours eu assez peu d’amis. Filles ou garçons. Je restais souvent en retrait des autres, incapables d’aller vers eux, incapable de surmonter ma timidité. Et puis, m’ouvrir aux gens n’a jamais été évident, et encre moins depuis le collège, où j’ai vécu un véritable enfer. Quelque part, avec du recul, je me rends compte que cette situation pouvait s’apparenter à du harcèlement scolaire.

Une fille, que je connaissais depuis l’école primaire et qui était une très bonne amie, a commencé, petit à petit, à être jalouse car j’avais de meilleures notes qu’elle. Au collège, en 5e, mes moyennes trimestrielles dépassaient le 17/20. Ses parents l’encourageaient à me battre, me dépasser, être meilleure que moi. Je pense que c’est à ce moment-là que tout a commencé à déraper. Elle a dû en avoir marre de cette pression qu’elle subissait à cause de moi et a commencé à monter une bonne partie de nos amis, contre moi.

Petit à petit, je me suis retrouvée toute seule, jusqu’en 3e où j’ai commencé à bien m’entendre avec une autre copine, aujourd’hui perdue de vue suite à son déménagement dans le sud de la France. On se comprenait. Elle non plus n’était pas beaucoup aimé des autres, mais pour d’autres raisons. On s’épaulait. A l’époque, elle et ma meilleure amie, rencontrée en maternelle, étaient les deux seules personnes avec qui j’étais capable de m’ouvrir et partager des choses. Alors, l’amitié, je n’étais pas sûre de bien savoir ce que cela représentait…la quantité (comme je pouvais le voir autour de moi) ou la qualité des amis qui nous entourent ?

Quand le temps efface certaines amitiés…

Et puis, le temps du lycée est arrivée et avec lui de nouvelles rencontres, d’autres personnes. Mais, là encore, les débuts ont été très difficiles pour moi. Suite à ce qu’il s’est passé au collège, je n’osais plus m’attacher à des personnes, je prenais peur, en quelque sorte et gardais ma carapace, pour me protéger. Sauf que l’amitié, ce n’est pas ça. L’amitié c’est de tout donner à l’autre et c’est à double-sens.

Et puis, je me suis laissée aller et j’ai rencontré de nouvelles personnes, avec qui j’ai appris à me sentir bien au fil du temps, auprès desquelles je me suis ouverte petit à petit, libérée. J’ai appris à prendre confiance en moi et à m’épanouir dans mes relations aux autres. Petit à petit, j’ai laissé ma timidité de côté. L’amitié que j’avais envers l’une de ces personne a duré quelques années. Puis elle s’est brutalement éteinte, une nouvelle fois par jalousie. Après le concours, j’ai réussi à avoir une école à 5 minutes de chez moi, dans une classe que j’adorais, une école avec de super collègues, bref, le rêve pour une première année. Malheureusement, ce n’a pas été le cas pour mon « amie », qui manifestait déjà quelques signes de jalousie auparavant (toujours concernant l’histoire des notes où, lorsqu’elle en avait de meilleures, se hâtait bien de me le faire savoir). Petit à petit, elle ne m’envoyait plus de message, arrêtait de répondre aux miens, on ne se voyait plus. Un jour, par hasard, j’ai eu de ses nouvelles et appris qu’elle faisait une dépression suite à ce travail qui ne lui plaisait pas (et qu’elle ne voulait pas faire initialement, mais elle m’a suivie pour ne pas être seule. D’abord à la fac, puis à l’IUFM). Suite à cela, j’ai pris de ses nouvelles. Mais, elle ne m’a jamais répondu. J’ai donc tiré un trait sur cette amitié, qui visiblement ne l’était que de mon côté.

Mais le temps nous permet aussi parfois de voir quelles amitiés sont sincères et à double-sens. Aujourd’hui, si je ne prends pas de nouvelles de certaines personnes, eux ne le feront pas envers moi. Avant, cela me faisait vraiment mal et puis, petit à petit, j’ai appris à laisser couler, à prendre les choses comme elles viennent et à rester en contact et voir, seulement les personnes qui comptent vraiment pour moi et dans le cœur de qui j’ai une place.

Et maintenant ?

On est presque revenu au point de départ. Les deux seules amies vraiment proches sont ma meilleure amie, rencontrée à l’école maternelle (cela fait plus de 24 ans que dure notre amitié), ainsi qu’une amie rencontrée au lycée et avec qui nous discutons tous les jours (ou presque) par message. Alors même si je n’ai que deux véritables amies, cela me suffit car je préfère une amitié sincère plutôt qu’une amitié quantitative avec des gens pas vraiment proches et à qui je n’oserais pas me confier. Bien évidemment, il y a les autres, avec qui je reste en contact malgré tout et que je vois de temps en temps et puis, les amis de #mister, dont le cercle est assez large. Et puis, il y a aussi mes collègues, avec qui je m’entends bien. Ma vie sociale n’est peut-être pas la plus remplie du monde mais elle me convient parfaitement comme elle est.

Alors oui, le temps nous apprend beaucoup. Sur nous, sur les autres. On évolue, les centres d’intérêt changent, les amitiés aussi. Mais ce qui est véritable reste intact malgré les jours, les mois, les années qui passent.

Et pour vous, c’est plus une question de quantité ou de qualité ? Être bien entouré ou peu entouré par de vrais amis ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

2 commentaires

  • Reply charlène 29 janvier 2018 at 21 h 25 min

    Je pense définitivement que la qualité est mille fois plus importante que la quantité… Je m’en rends compte d’ailleurs en ce moment où je t’écris ce message depuis un lit d’hôpital et qui me fait réaliser sur quelles personnes nous pouvons réellement compter…
    Merci pour ton article !

    • Fl3ur de lun3
      Reply Fl3ur de lun3 30 janvier 2018 at 19 h 04 min

      Comme je suis d’accord…
      Mince, j’espère qu’il n’y a rien de grave et je te souhaite un bon rétablissement. Bon courage.

    Poster un commentaire

    Rendez-vous sur Hellocoton !