Déco & DIY

Le bullet journal

10 septembre 2016

Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour parler d’organisation et de girlyttitude ! Le titre de cet article ne doit pas vous être totalement inconnu, car depuis quelques temps, on peut voir fleurir un peu partout des articles expliquant ce fameux « Bullet Journal ». Bien que son apparition ait piqué ma curiosité, je ne me suis jamais laissé aller à fond dans mes recherches, ni tentée par la chose, persuadée que ce n’était pas pour moi…
Et puis un soir, je suis tombée (un peu par hasard, je l’avoue) sur la vidéo de Bulledop, l‘article de Sohohana et le blog de Boho Berry qui expliquaient le principe de cet outil, semble-t-il révolutionnaire, surtout pour les fanas de listes en tout genre, comme moi ! Et là, j’ai craqué ! De vidéos en vidéos, d’articles de blogs en articles de blog, j’ai fini par me laisser tenter par l’expérience du Bullet Journal.

Le matériel

Après m’être longuement renseignée sur les différents outils, j’ai finalement opté pour le carnet ultime et n°1 incontesté par les fans de journaling : un carnet A5 Leuchtturm 1917. Il a l’avantage d’être doté de 3 pages d’index. Mais également d’avoir des numéros en bas de chaque page. Enfin, le dernier point (mais non des moindres !) est qu’il n’est ni à carreaux, ni à pages blanches, mais munis de points. C’est vraiment un plus car cela permet non seulement d’écrire mais également de dessiner le plus librement du monde !

Afin de décorer le plus joliment possible mon bullet journal, j’ai également opté pour des feutres à pointe moyenne de chez Papermate, ainsi que des feutres à pointe fine de chez Stabilo. Enfin, mes stylos préférés pour l’écriture, car ils sont fins et à l’encre (attention à éviter les bavures, en revanche !) : les Pilot Vball 05.

Débuter son Bullet Journal : quelques conseils

Tout d’abord, il paraît essentiel de se renseigner sur l’essence-même du bullet journal. Ainsi que son mode de fonctionnement. C’est pourquoi je vous renvoie sur le site de son créateur, Ryder Carroll.

Ensuite, il semble évident qu’avant de débuter un bullet journal, on souhaite s’entraîner. Que ce soit pour l’organisation, les différentes pages que l’on souhaite y insérer, ou bien les dessins. C’est ce que j’ai fait, dans l’impatiente attente de recevoir mon précieux. Comme indiqué dans la méthode, il y a des pages incontournables. Les « future log », « monthly log », « daily log » (parfois appelés les « dailies »), permettent de se repérer à plus ou moins long terme dans les événements à venir.

Ces pages, peuvent être insérées n’importe où dans votre bullet (rappelez-vous cet index formidable au début qui vous permet de retrouver rapidement et facilement ce qui se trouve dans votre carnet). Elles vous permettent par exemple de faire les points sur les livres de votre PàL (Pile à Lire), ou bien d’insérer une recette trouvée au hasard et pour laquelle vous avez eu un coup de cœur.

D’autre part, il faut également vous mettre au point sur les différents codes (les « keys ») que vous choisissez d’utiliser. Mais également les couleurs, qui peuvent renvoyer, selon votre choix, à différents domaines, sur le plan personnel ou professionnel par exemple.

Enfin, on peut trouver de nombreux autres types de pages. Par exemple, les collections, les listes, les goals, les trackers, etc… Mais la meilleure source d’inspiration reste l’imagination de l’utilisateur. Et, bien sûr, les nombreuses photos publiées chaque jour sur les réseaux sociaux.

Et n’oubliez pas, l’essentiel du bullet journal est de s’organiser. Si vous n’êtes pas un Picasso en herbe, pas de soucis. Votre carnet sera à votre image ! Le tout est de prendre plaisir à le faire et ne pas voir cela comme une contrainte !

Premier bilan

J’ai commencé mon bullet journal le 1er septembre. Et je vois déjà un certain nombre de choses qui ont changé dans ma vie quotidienne.

Action-ok-icon Je dors mieux ! Ne riez pas, c’est vrai ! Le soir, je me couche en ayant vidé ma tête de toute pensée inutile, puisque je sais ce que j’ai à faire le lendemain, mon cerveau ne tourne pas en boucle pendant des heures à chercher quel sera mon programme du lendemain !

Action-cancel-icon Le temps que prend le bullet peut vite devenir chronophage, surtout lorsque l’on prépare les pages en début de mois et que l’on aime bien les décorer et les agrémenter de jolies couleurs ! Ou alors, on fait comme moi et on voit ça comme un vrai moment de détente.

Et vous, prêts à tenter l’aventure ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

4 commentaires

  • Reply What's in my bag ? | ♥ Cotton Candy ♥ 25 novembre 2016 at 11 h 29 min

    […] de noter des choses importantes et m’évite ainsi de m’alourdir en emportant avec moi mon bullet journal. Je préfère recopier le […]

  • Reply Mon organisation de A à Z : mes 5 indispensables | ♥ Cotton Candy ♥ 20 janvier 2017 at 11 h 26 min

    […] Par contre, depuis septembre, je teste le bullet journal (ou BuJo pour les intimes), dont je vous avais déjà parlé. Son avantage majeur est sa très grande flexibilité. Il est en effet possible d’avoir une […]

  • Reply ☆ Le bullet journal ☆ : bilan après 5 mois | ♥ Cotton Candy ♥ 31 janvier 2017 at 11 h 26 min

    […] sûrement cet outil d’organisation, tant sa médiatisation est grande. De mon côté, je vous en parlais en septembre 2016 sur le blog, alors que je débutais le mien. Cela fait donc 5 mois que je l’utilise et il est […]

  • Reply 5 bonnes raisons de tenir un diary | ♥ Cotton Candy ♥ 11 avril 2017 at 12 h 31 min

    […] C’est comme ça, qu’en septembre dernier, j’évoquais pour la première fois le bullet journal, cet outil magique pour gérer toute son organisation au quotidien. Aujourd’hui, j’ai […]

  • Poster un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Rendez-vous sur Hellocoton !